Thrillers et fantastique

Actualités

Fabricants

Nouveaux produits

  • L'Abbaye des Callunes
    L'Abbaye des Callunes

    Il y a très longtemps, à Bruyères, joli bourg des Vosges entouré de...

    20,00 €
  • Nancy et Laurène
    Nancy et Laurène

    Nancy, jeune américaine de Jefferson, quitte son Texas natal pour...

    15,00 €
  • LE VOYAGE INSENSE
    LE VOYAGE INSENSE

    Un vieux savant dont les théories ne sont pas reconnues s'envole pour le...

    22,00 €
  • L'Univers des sens
    L'Univers des sens

    Ne restez pas enfermer dans la marcescence. Roulez, roulez à contre...

    15,00 €
Promo ! Projet élimination Agrandir l'image

Projet élimination

ISBN 978-2-916551-11-1

Nouveau produit

L’état était resté propriétaire de quelques sites militaires comme l’ouvrage du Hackenberg, un fort situé au coeur de la Moselle des trois frontières près de la petite commune de Veckring. 

Cet ouvrage, le plus grand des forts de la ligne Maginot, rénové en surface pour le plus grand plaisir des touristes, fut transformé en profondeur dans des buts top-secrets.

Plus de détails

19,00 €

En savoir plus

L'AUTEUR

Nathalie Rouyer, née le 15 février 1963, est institutrice à Mirecourt dans les Vosges. Passionnée de théâtre, de poésie et d’écriture, elle nous fait partager son goût des intrigues où se mêlent policier, aventure, psychologie, amour et fantastique.

blog de l'auteur

écrire à l'auteur

BIBLIOGRAPHIE

MORTELLES CONJONCTIONS (Les éditions Rebelyne - 2011)

POUSSIERES D’OUTRE-TOMBE (Les éditions Rebelyne - 2010)
PROJET ELIMINATION (Les éditions Rebelyne - 2009)
LA CUVEE DES DRUIDES (Les éditions Rebelyne - 2008)
PASSION D’ENFER (Les éditions Rebelyne - 2008)
LE REVE A ELISE (Chloé des Lys - 2007)
RENCONTRES DU 27E TYPE (Les éditions Rebelyne - 2006). Epuisé

EXTRAIT

CERCUEIL LA BIEN NOMMÉE.
Confortablement installé dans le fauteuil d’une petite chambre, Iolhem nettoie un casque de sécurité tout en écoutant d’une oreille distraite les informations télévisées. Le cheveu court et noir, parsemé de quelques fils blancs, le teint mat et le visage émacié où pointent les premières rides, laissent deviner sa quarantaine naissante. Devant lui, sur une table basse, s'élève un monceau d'emballages vides de bonbons aux fruits.
Satisfait de son travail, Iolhem remet en place la lampe frontale. Il dépose le casque par terre, à côté d'un sachet bariolé qu'il empoigne avec des yeux gourmands. Il y plonge une main fébrile pour en sortir un bonbon goût cerise qu'il déballe lentement, un sourire enfantin sur les lèvres. Il saisit le petit pavé rose entre ses doigts et le fait tournoyer avant de le déposer délicatement sur sa langue. Il ferme les yeux pour mieux savourer la friandise qu'il mâche longuement lorsque le ton annonciateur d’une terrible nouvelle attire toute son attention.
Le présentateur, un certain, Patrick Darmor prend un air de circonstance. Les images d’un feu gigantesque s’élevant dans le ciel défilent sur l’écran.
« Deux techniciens du gaz sont morts à la suite d’une explosion près du site de stockage de Cerville en Meurthe-et-Moselle, à 10 km de Nancy. Ils effectuaient des travaux d'entretien lorsqu’une conduite de gaz a explosé. Une enquête est ouverte. Il faut rappeler que c’est déjà le troisième accident sur le réseau régional de gaz… »
Les photos des deux victimes s’affichent à l’écran et le présentateur s’étale maintenant sur leur état civil. Iolhem lance un regard triste vers le plafond de la chambre. Juste au-dessus de lui, une femme pleure son mari… Un enfant se retrouve sans père… Et un père a perdu son fils ! Il soupire en songeant à la peine de son vieil ami Paulo… Il se lève brusquement et s'empare de son casque, espérant chasser les souvenirs douloureux qui affluent à son esprit. À l’écran, Patrick Darmor poursuit ses commentaires.
« Les deux premières explosions se sont produites en dehors des horaires d’inspection mais la dernière n’a pas épargné les deux employés du gaz chargés de la surveillance des puits. Trois explosions en trois semaines… Pour la population locale, une telle coïncidence n’est pas concevable et on commence à parler de complot voire de terrorisme… En direct, Bernard Bourdon, notre envoyé spécial à Cerville…

 — Bonsoir Patrick ! Effectivement, les Cervillois et les Cervilloises, entourés de gazoducs, commencent à s’inquiéter sérieusement ! Et ils s’inquiètent d’autant plus que Cerville, petite ville de Meurthe-et-Moselle, est déjà bien marquée par l’Histoire ! En effet, jusqu’au 1er août 1972, ce village s’appelait Cercueil ! Le changement de nom correspond aux débuts de l’exploitation du gaz, et Cercueil est devenu Cerville ! Coïncidence ou non ? Qu’en pense Monsieur Berni, expert délégué par la direction régionale du gaz… »

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Projet élimination

Projet élimination

L’état était resté propriétaire de quelques sites militaires comme l’ouvrage du Hackenberg, un fort situé au coeur de la Moselle des trois frontières près de la petite commune de Veckring. 

Cet ouvrage, le plus grand des forts de la ligne Maginot, rénové en surface pour le plus grand plaisir des touristes, fut transformé en profondeur dans des buts top-secrets.

Téléchargement