Recueils de nouvelles

Actualités

Fabricants

Nouveaux produits

  • L'Abbaye des Callunes
    L'Abbaye des Callunes

    Il y a très longtemps, à Bruyères, joli bourg des Vosges entouré de...

    20,00 €
  • Nancy et Laurène
    Nancy et Laurène

    Nancy, jeune américaine de Jefferson, quitte son Texas natal pour...

    15,00 €
  • LE VOYAGE INSENSE
    LE VOYAGE INSENSE

    Un vieux savant dont les théories ne sont pas reconnues s'envole pour le...

    22,00 €
  • L'Univers des sens
    L'Univers des sens

    Ne restez pas enfermer dans la marcescence. Roulez, roulez à contre...

    15,00 €
ENCORE UN JOUR DE SOLEIL Agrandir l'image

ENCORE UN JOUR DE SOLEIL

978-2-916551-53-1

Nouveau produit

Mon père nous racontait, quand nous étions enfants, des histoires, des histoires extraordinaires… Entre autres celle de ce lointain ancêtre, capitaine de vaisseau, qui aurait commandé une frégate de la Marine Royale de Louis XV et aurait traversé l’océan, en direction des Amériques. Nous avions donc un ancêtre Américain ! Il aurait fait fortune là-bas dans le commerce en vendant de l’or et des fourrures puis américanisé son nom, le transformant de Jean Boulet à John Bullit. Mais à la réflexion, je crois en fait que, ce que nous a surtout vendu mon père… C’était du rêve… Et on adorait çà !!!

Plus de détails

15,00 €

En savoir plus

Le nancéien Jean-Jacques Boulet est un enfant de la balle. Comédien, musicien, chanteur, compositeur, chroniqueur radio sur RCN et maintenant écrivain. Avec cette parution aux Éditions Rebelyne, Encore un jour de Soleil, il signe un premier recueil de nouvelles sous le pseudonyme de John Bullit.

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

ENCORE UN JOUR DE SOLEIL

ENCORE UN JOUR DE SOLEIL

Mon père nous racontait, quand nous étions enfants, des histoires, des histoires extraordinaires… Entre autres celle de ce lointain ancêtre, capitaine de vaisseau, qui aurait commandé une frégate de la Marine Royale de Louis XV et aurait traversé l’océan, en direction des Amériques. Nous avions donc un ancêtre Américain ! Il aurait fait fortune là-bas dans le commerce en vendant de l’or et des fourrures puis américanisé son nom, le transformant de Jean Boulet à John Bullit. Mais à la réflexion, je crois en fait que, ce que nous a surtout vendu mon père… C’était du rêve… Et on adorait çà !!!